Française - French Language Articles

L'ivraie s'est dressée au-dessus du bon grain!

L'ivraie s'est dressée au-dessus du bon grain!

 Par J. Richard Niemela

Voici le temps prophétique où sont révélés ceux qui proclament être les légitimes possesseurs du monde, ceux qui nous empêchent de vivre une vie pleinement chrétienne – ceux de la lignée d'Ésaü, qui possèdent maintenant le pouvoir! L'Histoire a atteint l'époque où ces prétendants au Royaume sont exposés comme ce qu'ils sont et comme qui ils sont – l'Ivraie – la mauvaise herbe poussant au milieu du champs de blé de la Chrétienté.

Les « Chrétiens » tièdes seront surpris, désappointés et remplis d'anxiété lorsqu'ils réaliseront que ces faux associés, égarant les bergers, sont en fait des étrangers qui ont étés « plantés » et qui poussent parmi nous. Des faux prétendants, déterminés à égarer et à écarter le bon grain lors de la récolte, qui est le rassemblement de Son fruit dans le Royaume de Yahweh.

Lorsque l'ancien Planteur répandit sa semence dans le champs de blé de ce monde, cette semence était le Verbe Divin, éparpillée dans Son champ, le champ de blé de Son Royaume1. Mais après cette plantation, un ennemi des hommes répandit sa propre semence, son « ivraie », dans ce même champ de blé, tandis que les hommes dormaient. Beaucoup d'entre eux dorment toujours aujourd'hui, aveugles à la croissance insidieuse parmi eux.

La Lignée du Serpent

La Lignée du Serpent


Par James E. Wise

« Et je mettrai inimitié entre toi et la femme, et entre ta semence et sa semence. Elle te brisera la tête, et toi tu lui briseras le talon »

Ce verset introductif des Écritures se trouve en Genèse 3:15, où Yahweh parlant au serpent, ou diable, dit : « Et je mettrai inimitié entre toi et la femme, et entre ta semence et sa semence ». La dernière partie de ce verset sera utilisée plus loin pour confirmer certaines considérations positives et informatives.

Yahweh s'adresse donc au diable et déclare clairement que le diable aura une semence, ou progéniture. La plupart des prêcheurs et des enseignants de la Bible enseignent que ce verset contient l'introduction à la promesse de la première venue du Christ ou Messie dans le plan divin afin de réconcilier de nouveau l'homme avec Lui (Yahweh). Cependant, ils paraissent réticents ou incapables d'admettre que Yahweh déclare ici que le diable, lui aussi, a une descendance. Ils veulent bien admettre que la semence d'Ève est une semence humaine physique, mais ils prétendent que la semence du diable, s'il peut avoir une semence, est spirituelle, sans corps physique.

Afin de clarifier cela, plongeons-nous dans le Verbe divin, car dans Sa Parole nous trouverons la réponse. Puisque nous savons que la semence de la femme fut une semence physique, est-ce qu'il ne semble pas raisonnable que celle de Satan le fut aussi?

La première église ouverte, disciples de « La Voie »

La première église ouverte, disciples de «La Voie»

Jeffrey Crosby

Clifton A. Emahiser’s Teaching Ministries
Fostoria, Ohio
E-mail [email protected]

Introduction par Clifton A. Emahiser

Jeffrey Crosby a été jeté en prison pour un certain temps sur une accusation douteuse, et là-bas il m’a été d’une grande aide en me servant de correcteur. Précédemment, j’avais publié un article pour Jeffrey intitulé Unveiling The Fears And Denials Behind “The Passion Of The Christ’’ [A]  [A] Dévoiler les peurs et dénis derrière «La Passion du Christ».. Crosby m’a depuis envoyé plusieurs brouillons sur ce sujet. Après quelque six semaines passées à scanner quatre des ses manuscrits tapés à la machine et les avoir convertis en documents digitaux, j’en vins à la réalisation qu’une introduction serait bien nécessaire. E. Raymond Capt a écrit un livret intitulé The Traditions Of Glastonbury sur ce même sujet. Non seulement Capt a écrit un livret, mais il a aussi produit un film de 53 minutes portant le même titre, qu’il a par la suite converti en format VCR. Avec cette introduction, nous débuterons ce sujet là où E. Raymond Capt avait commencé son film, en posant une question très significative que William Blake posait dans son poème, qui fut plus tard mis en musique et devint un hymne chanté en Grande-Bretagne ainsi que dans certaines nations du Commonwealth :

La Race de la Genèse 10

La Race de la Genèse 10

par William Finck 
Christogenea.org

Nous traverserons l'Histoire de cette planète une seule fois. Il n'existe pas de seconde chance. Une Histoire, une Bible, un voyage du jardin d'Éden jusqu'à la récolte du bon grain. Si nous ne trouvons pas les fondations de notre race dans la Genèse chapitre 10, alors notre Histoire – notre Bible – est absolument non fiable, nous sommes embourbés dans la futilité, sans but pour notre existence et aucune archive de nos origines, et sans espoir pour le futur. Je commence souvent l'explication de la Genèse 10 en citant Épictète, tiré des premières pages du « Greek English Lexicon of the New Testament » de Thayer : « άρχή παιδεύσεως ή των όνομάτων έπίσκεψις », ou : « l'investigation sur les noms est le commencement de l'apprentissage », et combien j'agrée avec Épictète!

La semence de l’héritage

La semence de l’héritage

par William Finck

 

Partie 1

Beaucoup de « Chrétiens », ou plutôt de commentateurs et de théologiens, regardent la «semence» de Genèse 3:15, celle de la femme, et ils proclament que cette semence identifie Yahshua Christ et Lui seul. Ils se réfèrent alors à l’interprétation usuelle de Genèse 4:25 et de Galates 3:16 afin de soutenir leur position. Ces interprétations ont amené beaucoup de lexicographes, comme Thayer ou Vine, à se départir de l’interprétation commune et à la signification du nom collectif, mais tous ne l’ont pas fait. Ceux qui le font confondent la lexicographie avec une certaine théologie, et deviennent dès lors complices dans une conspiration visant à pervertir le Verbe. J’espère pouvoir le prouver dans cet article.

Excepté en une occasion, en Joël 1:17, où le mot trouvé en Strong #6507 est traduit «semence», le mot hébreu correspondant à «semence» dans l’Ancien Testament est toujours zera’ (Strong #2233 ou sa contrepartie chaldéenne #2234), que Strong définit : «... semence ; figurativement fruit, plante, époque des semailles, postérité ...». Selon Gesenius et d’autres, le nom hébreu zera’ apparaît au pluriel uniquement en 1 Sam. 8:15, là où des variétés diverses de semences sont discutées. Partout ailleurs, le mot hébreu est au singulier. Il est vrai également que, lorsque l’on parle de multiples variétés, le mot grec pour «semence», spérma (sperma, 4690), apparaît au pluriel dans le Nouveau Testament, en Matt. 13:32, Marc 4:31, 1 Cor. 15:38 et en Gal. 3:16, que je discuterai plus loin.

Étant donné qu’il serait difficile, dans le cadre de cet article, de parler de tous les sens donnés pour le mot zera’ dans les définitions des divers lexicographes, ou dans la définition de Thayer de spérma et de ses commentaires en la matière, je discuterai seulement de leurs commentaires qui concernent plus particulièrement ce qui nous intéresse ici, à savoir les passages en Gen. 3:15 et Gal. 3:16.

Le Juif Talmudique Identifié

Le Juif Talmudique Identifié

par V.S. Herrell

 

Le Talmud juif est la base du Judaïsme moderne. Il n’a absolument rien à voir avec l’Israël ancien ou avec l’hébraïsme du peuple adamique, du peuple d’Israël, mais en réalité le Talmud a trouvé sa forme finale longtemps après l’époque de Jésus-Christ. Le Talmud est le texte des usurpateurs hybrides, de ceux qui prétendent être des fils d’Abraham et qui ne le sont pas. Le Talmud a été compilé originellement par les Édomites et les Cananéens dont notre Roi a parlé en Jean 8. Ces usurpateurs hybrides proclamaient qu’ils étaient de la semence d’Abraham (v. 33) et prétendaient qu’Abraham était leur père (v. 39), mais Jésus leur dit (39--47) :

Le mensonge de l'universalisme

Le Mensonge de l'Universalisme #1

Clifton A. Emahiser’s Teaching Ministries Emahiser.Christogenea.org

Vous pouvez copier ce texte, mais pas le modifier

Avec cet article, nous allons examiner une doctrine fausse et non-biblique appelée « universalisme ». L'idée d' « universalisme » a débuté en réalité avec les « juifs » et, partant, tombe dans la catégorie de « levain des Pharisiens ». Plus tard, cette doctrine fut adoptée par l'église « universelle » catholique. Aujourd'hui, cette doctrine est enseignée de façon générale dans toutes les églises, toutes dénominations confondues. On peut certainement penser qu'une telle doctrine ne sera pas trouvée dans l'Identité Israélite, puisqu'après avoir découvert notre héritage d'Israélites, nous sommes sensés comprendre que nous sommes le seul peuple du Livre. Malheureusement, il existe des gens qui ont amené cette doctrine pharisaïque « mainstream » dans le message de l'Identité Israélite. Avant tout, parmi ces personnes nous trouvons Stephen E. Jones et Jory S. Brooks. Sans surprise, ces deux-ci sont aussi contre l'enseignement des deux lignées de Genèse 3:15 et tombent dans la catégorie des antichrist, anti-lignées. De façon ironique, les doctrines de l' « universalisme » et « anti-lignées » sont des enseignements frères, car lorsque l'une est adoptée, l'autre suit immédiatement derrière.

Le péché et le premier épître de Jean

Le péché et le premier épître de Jean

Et qui sont les Sadducéens d'aujourd'hui?

Par William Finck Christogenea.org

Une étrange théologie, que l'on peut caractériser comme « la chair est mauvaise » ou « le diable est la chair » s'est développée parmi certaines sectes qui se présentent elles-mêmes comme « Identité Chrétienne ». Avec cette théologie pervertie, puisque tout homme pèche (Rom. 3:23 ; 1 Jean 1:8), et puisque, comme le dit l'A.V.1 dans 1 Jean 3:8 : « Celui qui pratique le péché est du diable », alors tous les hommes doivent être du diable! Puis, prenant hors contexte le discours de Paul concernant les épreuves de la chair (Rom. 7:13-25), certains proclament que notre seul ennemi est la chair. Tout ceci semble évidemment parfaitement compatible au typique complexe de culpabilité du « Blanc libéral » et aux idéologies que l'on trouve dans certains segments socio-politiques de ces derniers siècles : que les hommes sont mauvais, et tout spécialement les Hommes Blancs. Ces gens ne réalisent pas que Yahweh Lui-même créa la chair de l'Homme Blanc et y ajouta Son Esprit (Gen. 1:26-27 ; 2:7), et que le Créateur bénit ces hommes et ces femmes qu'Il avait créés (Gen. 1:28 ; 5:2 ; 9:1). Il s'ensuit que ces théologiens de « la chair est le diable » blâment indirectement Yahweh Lui-même de tout les maux du monde! Leur théologie est semblable à celle de « Calypso Louie » Farrakhan et du mouvement noir de la « Nation of Islam » : ils enseignent à leurs auditeurs attentifs que l'Homme Blanc fut créé par un scientifique noir fou!

Le problème avec Genèse 6:1--4

Le problème avec Genèse 6:1--4

par William Finck

 
Diverses théories ont été développées se basant sur le texte de la Genèse 6:1--4, et souvent les discussions concernant ces versets, comme avec d’autres dans la Bible, deviennent vite chargées émotionnellement. Cela est du au fait que les gens ont souvent tendance à bâtir leur propre système de croyance sur un simple passage biblique, ou peut-être une couple de passages, plutôt que sur l’étude de l’entièreté des Écritures, accompagnée par de solides études sur les langues, l’archéologie et l’Histoire, ce qui est absolument nécessaire pour pouvoir atteindre une compréhension honnête des Écritures. Par exemple, lorsque l’on examine ce passage particulier, il est assez évident qu’il contient un conflit que l’on ne peut résoudre avec seulement les textes masorétiques ou seulement avec la Septuagint, quand ils sont comparés à d’autres passages dans l’Ancien ou le Nouveau Testament. Nous allons ici donner une explication de ce conflit et en proposer une solution. Mais pour cela, nous allons parcourir la littérature biblique, jugée apocryphe par beaucoup, qui ne se trouve pas dans les textes masorétiques sur lesquels nos versions modernes de la Bible sont basées.
Dans la version du Roi Jacques, la Genèse 6:1--4 se lit ainsi :
«1Et il arriva, quand les hommes commencèrent à se multiplier sur la face de la terre et que des filles leur furent nées, 2que les fils de Dieu virent les filles des hommes, qu’elles étaient belles, et ils se prirent des femmes d’entre toutes celles qu’ils choisirent. 3Et l’Éternel dit : Mon esprit ne contestera pas à toujours avec l’homme, puisque lui n’est que chair ; mais ses jours seront cent vingt ans. 4Les géants étaient sur la terre en ces jours-là, et aussi après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes et qu’elles leur eurent donné des enfants : ceux-ci furent les vaillants hommes de jadis, des hommes de renom».

Pages